Communautés de pratique
Des écosystèmes pour l'apprentissage, le travail et l'innovation.
Entretien de recherche

Methodo entretien NH Séance 3 du 13 03 0

L’ANALYSE DE CONTENU ( AnC)

NB. Analyser le corpus et non le décrire

1° DEFINITIONS

AnC = terme générique qui renvoie à différents types d’analyse

BERELSON 1954 : « Une technique de recherche pour la description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste des communications, ayant pour but de les interpréter »

Années 50 approche quantitative est centrale, on la considère comme garante de scientificité.

Evolution des mentalités-> Laurence BARDIN, 1977

« Un ensemble de techniques d’analyses des communications visant, par des procédures systématiques et objectives de description du contenu des messages, à obtenir des indicateurs, quantitatifs ou non, permettant l’inférence de connaissances relatives aux conditions de production/réception de ces messages »D’où :

2° Conditions de fiabilité de l’analyse

  • Objectivité
  • Exhaustivité (être systématique)
  • Méthode (Analyse méthodique)
  • Mesure (avec indicateurs)

Lorsque l’AnC s’est développée comme technique de recherche, controverses/scientificité de ce type de techniques

Alors que dans les années 50, focalisation sur quantitatif et contenu manifeste, dans les années 70, d’autres techniques d’analyse sont intégrées issues d’autres disciplines ( psychan, psychia, histoire, ethno, qui permettent de revisiter l’AnC)

Aujourd’hui, AnC s’appuie sur socio, sciences du langage, sciences politiques (en faveur in années 50 avec analyse des discours politiques)

3° LE TRAVAIL D’ANALYSE

Recherche d’éléments d’info dans les entretiens avec pour visée de dégager le sens et les significations de ce qui est dit. = Intérêt pour le « dit »

Procédé : par classement de tout ce que contient le discours, en opérant des regroupements-> Plusieurs démarches :

* on procède de manière apriorique : avec une grille d’analyse préconstruite (avant constitution du corpus), ceci à partir des travaux existants et des hypothèses que je veux vérifier. Intérêt faible.

*Plus intéressant, une démarche qui procède par étapes (compréhensive) :

a) Lecture flottante du corpus ( ici, contexte L : lecture de tous les entretiens réalisés par le groupe avant de se focaliser sur le sien) pour mettre à l’épreuve les hypothèses de lecture en lien avec le questionnement

b) Recherche d’indices : Il se dégage de la lecture des intuitions à traduire en hypo (pas d‘hypo au départ, elle se précise à la lecture du corpus- lectures croisées) -> recherche d’indices qu’on va travailler, transformer rn indicateurs objectifs

c) construction d’indicateurs précis et fiables

cf. texte de Charlot –

Exemple

INDICES

INDICATEURS

Thème : Ecole Fréquence d’apparition

lexique

( visée : rapport aux savoirs-> rien ->cerner les éléments objectifs du discours )
Mais discours sur sociabilité
L’indice peut être la mention explicite du thème

Catégorie d’analyse la plus fréquemment utilisée : le thème

d) Catégorisation = opération de classement des éléments du discours en rubrique sou classes qui rassemblent des groupes d’éléments sous un titre générique

INDICES INDICATEURS
Apprendre (sémantiques)
(syntaxiques( choix des verbes, des adverbes)
(expressifs)

La catégorisation est la colonne vertébrale de l’analyse de contenu.

Forme la plus courante de l’AnC : analyse thématique (> mettre au jour les conceptions, jugements, catégories sociales, rapport aux savoirs de certains publics. Le thème n’est pas seulement considéré comme une catégorie sémantique, il est l’unité de sens implicite). Recherche des thèmes = recherche de ce qui sous tend, structure le discours.

L’AnC consiste à repérer l’ensemble des thèmes sous-jacents ( explicites ou non) afin de dégager la structure de signification des discours en s’attachant aux principes de pensée de l’interlocuteur, à l’organisation interne de ses conceptions, pensées, le tout considéré comme une système de valeurs ou de normes fondé sur des représentations sociales, morales, symboliques, etc.

Difficulté de l’AnC : construction des inférences ( conclusions)

INDICATEUR = « instrument servant à fournir des indications » Rôle : porter une info à repérer.

INDICES niveau INDICATEURS
lexical, Fréquence d’apparition d’un mot, nature des mots
syntaxique (structure du discours : temps, modes …
sémiotique (formes de signifiants utilisés)

DUBAR et DEMAZIERE critiquent l’analyse classique de discours.

Trois types de postures dans les entretiens

  1. Illustrative ( dérive: procède du souci de s’inscrire dans une démarche d’inspiration durkheimienne : on essaie de trouver dans les extraits ou des extraits qui vont dans le sens des conclusions souhaitées, les résultats sont donc construits de manière apriorique, les extraits choisis et analysés le sont en fonction de la démonstration recherchée. Posture qui se situe surtout au niveau thématique Proscrire
  2. Posture restitutive : on rend compte de la parole de la manière la plus fidèle possible comme si les sujets étaient transparents à eux-mêmes. Les paroles sont restituées sans analyse, comme un témoignage. C’est au lecteur de faire le travail d’analyse. Pas de rupture avec le sens commun A PROSCRIRE
  3. Analytique produire de manière méthodique du sens , sachant que la parole n’est pas véhiculée explicite de signification. Le sens échappe à la seule analyse linguistique

Ne pas se contenter de mettre en mots l’entretien, prendre en compte les éléments contextuels-> enregistrer, réécouter-> dégager des éléments de sens non verbaux ( silence, hésitations, ton, changement de ton)

NB Pour la lecture flottante déjà on s’appuie sur la littérature

Eléments de contexte à prendre en compte :

– Cadre (moment, lieu)

– Scène (contexte culturel, politique, social de l’acte de parole)

– locuteur ( le situer sociologiquement, autres éléments connus, tout ce qui peut aider à l’interprétation)

– le destinateur ? l’enquêteur ? – (déf. Linguistique « celui qui destine , = locuteur) : qui je suis comment je me présente

– destinataire : comment le locuteur construit le locuteur (des deux côtés ?)

– Ton, modalité ( ironie, complicité, etc ; importance des notes et de la réécoute

– Normes d’interactions ( ce qui a été convenu : tu/ vous etc.)

L’analyse correspond à la mise en relation de ces éléments textuels pour construire de l’interprétation

TD : Texte de Bourdieu Eléments contextuels

Préoccupation de Bourdieu : laisser la parole à l’autre notamment en milieu défavorisé (les « sans voix » dominés sur le plan social), ce qui jusque là n’avait pas cours. On ne s’intéressait à eux que dans le cadre d’une posture illustrative. -> La misère du monde. S’intéresse aux personnes âgées, les jeunes de « quartiers », la population ouvrière, militants FN

Ici Marie, 50 ans, a pour pratique de vendre «  National Hebdo » devant L’Eglise Saint Nicolas du Chardonnay ( cathos intégristes) Responsable pour 4ème et 6ème ( bourge) arrondissements de Paris. Habite dans le 93 , périphérie, milieu populaire , fief du PC

Sollicitée par les chercheurs, accepte, puis ne se présente pas, sous prétexte de maladie. L’entretien finit par avoir lieu après de longues négociations.

C’est elle qui choisit le lieu : Café populaire kabyle de la rue Monge ( 5ème) Place Monge. Elle dit qu’il n’y a jamais de problème dans ce café.

Notes chercheuse : pendant tout l’entretien, Marie est tendue, troublée, ton triste

Leave a Reply