Communautés de pratique
Des écosystèmes pour l'apprentissage, le travail et l'innovation.
Conclusion générale et perspectives
Categories: Fiches de lecture

De Amaury Daele et Bernadette Charlier (pp. 289-296)

Dans la conclusion générale de l’ouvrage collectif, rappel de la méthode (approche adaptée à l’étude des innovations) : Description de pratiques, construction de l’objet d’étude (identification des problématiques et des méthodes d’investigation possibles), mise en œuvre d’analyses transversales et discussion.

« La participation à des communautés de praticiens relève de pratiques sociales discursives davantage que de formation formelle (p.290). »

Du point de vue de la recherche : un travail de théorisation encore en chantier…les typologies de communautés suscitent des débats, les théories de l’apprentissage et du développement professionnel ne permettent pas de comprendre en finesse les processus mis en oeuvre dans les groupes et en « contexte ». Une perspective intéressante : Lave et Wenger et le courant de l’apprentissage situé, le concept de PPL, CoP?.

Les questions de recherche que je retiens :

  • Investiguer les conditions d’entrée, de participation, d’apprentissage
  • Il apparait que les modérateurs jouent un rôle clé pour l’animation et le fonctionnement des communautés : « Quels rôles peuvent ils jouer pour supporter les apprentissages ? » « L’influence de leur activité sur les potentialités de développement professionnel des enseignants reste inexplorée. Il s’agirait de mettre en évidence les liens pouvant exister entre leurs actions et les actions des participants en terme d’engagement et d’apprentissage (p.293) »
  • « Quels devraient être les rôles du modérateur ? » Il est apparu central pour le fonctionnement, la participation , la régulation ou la formalisation échanges. « Leurs rôles deviennent de mieux en mieux définis mais les tâches quotidiennes et les compétences qu’ils développent pour les exercer efficacement restent encore peu claires. »« Comment concrètement un modérateur exerce-t-il ses rôles d’animateur de discussions, de régulateur de conflits ou de gestionnaire de connaissances échangées ou construites ? De quelles compétences a-t-il besoin  pour ce faire ? Répondre à ces questions permettrait à terme d’envisager la mise sur pied de formations pour modérateur et animateur de communauté virtuelle (p.294) » 

Source

Daele, A. et Charlier, B., 2006. Comprendre les communautés virtuelles d’enseignants : Pratiques et recherches, L’Harmattan, Paris.

Tags:

Leave a Reply