Communautés de pratique
Des écosystèmes pour l'apprentissage, le travail et l'innovation.
Le rôle du tutorat

Introduction

La question centrale : « existe-t-il un ensemble de tâches spécifiques et centrales qui doivent être mobilisées par un tuteur dans une situation de tutorat de groupe d’étudiants placées dans une situation de W collaboratif à distance ? »

« L’encadrement humain est central. Il doit viser à accompagner les groupes dans leurs démarches de collaboration tout en faisant en sorte que les apprenants fassent l’apprentissage de ces démarches » (p.149). dans Learn-Nett, il y a un animateur et un tuteur (pour suivi à distance). L’animateur seconde l’enseignant, il est présenté par ses fonctions principalement : Prévenir l’étudiant, l’informer sur le déroulement du projet, former à l’usage des outils, aider à définir les projets perso, accompagner l’apprenant, être personne-relais avec l’institution, il peut former aussi les tuteurs…L’auteur a même endossé les 2 rôles simulanément (ndlr : quelles différences avec un tuteur alors…un mix de tuteur et de coordinateur pédago…?)

Méthodo : Démarche descriptive. Auto-analyse et analyse d’interventions de tuteurs auprès de 3 groupes en 3 ans (notament pour mettre en évidence l’évolution du parcours d’un tuteur // à l’évolution du dispositif). Analyse des échanges synchrones, asynchrones et des rapports de réflexion (carnets de bord tuteur). Localisation temporelle des échanges en fonction des 4 étapes du séminaire. Sélection et codification des messages asynchrones (tuteurs uniquement). Création d’une grille d’analyse qualitative devant mettre en évidence les tâches mobilisées dans le tutorat. L’analyse temporelle des interventions doit répondre à la questions des moments d’interventions privilégiés. Recommandations

La 1ère tâche du tuteur : Analyse de la situation de départ

La description de cette première tâche  du tuteur permet de décrire l’échantillon de l’analyse et le contexte de travail. De nombreux exemples sont utilisés (description commentée de situations).

Je note l’importance du rôle du tuteur avant le début de la formation compte tenu du nombre de paramètres en jeu (voir détails Charlier, Deschryver, Daele, 2002) (p.152) :

  • environnement technique, accessibilité, degré de maîtrise, attitude face à l’outil;
  • temps disponible pour le projet et pour les échanges synchrones;
  • situation institutionnelle, organisationnelle favorisant ou non des démarches de travail autonomes ainsi qu’un travail collaboratif;
  • objectifs de chacun et articulation de ceux-ci au projet collectif;
  • compétences par rapport par rapport au projet du groupe : formation initiale/en cours, pratique professionnelle, expériences réalisées;
  • localisation de personnes (distance entre elles et par rapport au tuteur)

Les interventions spécifiques du tuteur

Pour décrire les types d’intervention d’un tuteur, l’auteur s’est inspirée d’une liste élaborée d’une précédente étude sur Learn-Nett (contient description des activités fonctionnelles mobilisées par un tuteur lors d’échanges asynchrones). Cette référence a permis d’analyser ses interventions (a)synchrones > Découpage ds échanges et messages en unités de sens, puis codification suivant les catégories prédéfinies. Ce travail a fait apparaître de nouvelles catégories et sous-catégories, induisant relecture et recodification à 3 reprises. Chaque type d’intervention est ainsi catégorisée à l’aide d’indicateurs.

Tableau 12.1 – Types d’intervention du tuteur pour la prise en charge (voir détails et exemples pp. 154-156)

Catégorie 1 :
soutien de la communication et de la communauté du groupe
Catégorie 2 :
soutien de la tâche
Catégorie 3 :
soutien technique
ss catégorie : Aide à la construction de la communauté du groupe (marqueur > CG)

Indicateurs : soutient les 1ers contacts, organise les répartitions en ss-groupe, etc…

Exemple : …

ss catégorie : Aide à la constitution de projets (idées, contenu) et à la réalsiation (C.Proj)

Indicateurs : aide à l’émergence des idées, à la négociation et confrontation de points de vue, soutient la réalsiation W, etc…

Exemple : …

ss catégorie : Aide technique pour l’utilisation des outils de comm. et de W collaboratif (Tech.)

Indicateurs : donne des informations spécifiques sur un outil, recherche d’aide externe, etc…

Exemple : …

ss catégorie : Aide à la communication au sein du groupe (Com.)

Indicateurs : aide au choix des outils, aide à la circulation d’information, soutient la communication, soutient la tenue de moments d’échanges, etc…

Exemple : …

ss catégorie : Aide à organiser le W et les idées (Org.)

Indicateurs : aide à la planification du travail, à la répartition des tâches, à l’organisation des informations échangées, etc…

Exemple : …

ss catégorie : Aide a répérer les ressources requises (Ress.)

Indicateurs : repère et aide à choisir les ressources, etc…

Exemple : …

ss catégorie : Aide à évaluer le W (tâche et processus de collaboartion) (Ev.)

Indicateurs : rappelle l’usage du carnet de bord, la réalsiation du rapport de réflexion, etc…

Exemple : …

Les moments privilégiés d’intervention du tuteur

L’auteur présente les résultats d’une analyse quantitative qui est fonction du W du groupe en séminaire, ceci afin de mettre en évidence les interventions du tuteur selon les 4 étapes des 3 séminaires.

– Un graphique présente les interventions asynchrones de la tutrice (nbre de messages) pour les 3 groupes en fonction des 4 périodes > Mise en évidence d’une concentration des interventions sur les étapes 1 et 2, + explications.
– Un 2nd graphique présente les interventions synchrones de la tutrice pour les 3 groupes et réparties sur les 4 périodes > Poids de l’intervention de la tutrice en asynchrone
– Un tableau présente le nombre d’interventions asynchrones de la tutrice pour chaque groupe et son importance relative par rapport au nombre total des échanges > Corrélation du poids de l’interventio de la tutrice.
– Un graphique compare le nbre d’interventions de la tutrice avec un « leader » pour expliquer la baisse des interventions tutorales dans un groupe.

Recommandations

L’auteur conclut sur ses résultats : différents types d’entervention, mode d’intervention variable selon les situations, interventions spécifiques selon moments du séminaire, impact des résultats sur les pratiques des tuteurs, la gestion du groupe, l’organisation, le dispositif.

Source

Deschryver, N. (2003). Le rôle du tuotorat in B. Charlier et D. Peraya (Eds.), Technologie et innovation en pédagogie : Dispositifs innovants de formation pour l’enseignement supérieur, Bruxelles : De Boeck, pp 149-162.

Tags:

Leave a Reply