Communautés de pratique
Des écosystèmes pour l'apprentissage, le travail et l'innovation.
Tuteurs et tutorés sur le campus numérique FORSE

Introduction

Cet article présente une analyse de contenu des échanges sur la plate-forme numérique d’une FAD en licence de sciences de l’éducation. Les auteurs cherchent à observer la place des acteurs dans la formation : étudiants, tuteurs, administrateurs…Ils questionnent la place et le statut du tuteur dans une formation à distance : Que doit-on attendre de lui ? Quelle est sa place dans le dispositif de formation ? Doit-il être un camarade, un compagnon de formation ? A-t-il plutôt, de manière plus formelle, une fonction institutionnelle de médiation avec la formation, ses contenus et sescontraintes ? Comment un dispositif industriel de formation à distance peut-il répondre au besoin des étudiants de contact personnalisé, de réactivité, et reproduire des signes tangibles de présence ? comment les tuteurs négocient-ils leur place, leur champ de compétences ? Sont-ils des compagnons de formation, des pairs légèrement plus en avance, ou bien des acteurs institutionnels ? Pour répérer les pratiques au sein de ces nouveaux paradigmes de FAD médiées par les TIC, une approche par l’analyse des discours a été choisie.

Le contexte

Les auteurs présentent d’abord le contexte de l’étude : la formation en Sces de l’éduc., la ptf Forse et qques acteurs…
Le tuteur
est présenté ainsi : Il est généraliste, son rôle est d’ordre pédagogique et méthodologique, personne ressource, médiateur, motive et suit les apprennants. Il est encadré et peut faire appel à de l’aide. Il prépare et anime les regroupements, les réunions. Il est attentif aux besoins, maintient le(s) contact(s), individualise ses actions. Il est vu comme possédant un savoir-faire d’artisan.
« L’animateur plate-forme n’est pas le responsable des tuteurs. Il est recruté sur des compétences informatiques et de coordination. Il est le liant entre les différents acteurs du campus. Il fait circuler l’information en amont et en aval. Il modère les différents espaces de la plate-forme, organise des bavardoirs, propose des ressources sur la
plate-forme…Il s’agit d’une représentation fonctionnelle et institutionnelle au contact de l’ensemble des
acteurs de la formation, facilement joignable par tous les étudiants (p.6)

Quel tuteur pour quelle formation ?

Un centrage sur la collaboration : « Le tuteur est ainsi une personne ressource, un régulateur et un facilitateur. Il a aussi un rôle de mémoire, d’expert, de modérateur, de soutien » (Voir Charlier et al., 2004). Ses actions doivent aider au travail collaboratif des étudiants. Il encadre un petit groupe d’étudiants, et l’apprentissage naît des interactions entre eux. Le modèle est ici centré sur l’apprenant » (Voir Daele et Docq, 2004). Il est « en position de tiers médiateur entre l’établissement, la structure, les contenus, les étudiants, le groupe, avec pour « tâche de favoriser le dialogue constructif entre les participants et de soutenir l’apprenant dans sa transaction avec lui-même. » La posture du tuteur est ici institutionnelle, et doit favoriser « l’encadrement par les pairs sous forme de coaching ou de compagnonnage » (Voir Paquette, 2001).

un modèle de suivi individualisé des étudiants : Une grande diversité des tuteurs tant du point de vue de leur qualification que de leurs compétences. Des compétences technologiques, administratives, pédagogiques, de soutien psychologique, de régulation des situations interactives, de levée d’implicites dans la communication à distance. La question de leur formation se pose (Voir Godinet et Caron, 2003). En résumé, « la fonction tutorale semble relever de modèles variables, dont la portée limitée est fortement déterminée par les différents cadres d’exercice du tuteur » (L’auteur). « Tout le monde semble s’accorder pour reconnaître les compétences du tuteur sur le terrain social, psychologique, institutionnel, pédagogique et technologique. La multiplicité de ces compétences laisse entrevoir le statut mosaïque de la fonction tutorale » (p.7). C’est l’établissement qui le recrute qui détermine son rôle, ses tâches et son attitude, en fonction du modèle de formation qu’il propose.

Méthode d’investigation

L’auteur opte pour une démarche quantitative. Il prend en compte l’ensemble des échanges, tous acteurs confondus > Une analyse thématique sur l’ensemble des échanges sur la plate-forme de la promotion 2003-2004 : Collecte de l’ensemble des messages sur les 16 forums de discussion, lecture de ces messages et mise en exergue de thèmatiques (27 en tout) regroupés dans 4 catégories de thèmes : 1/ les thèmes liés aux aspects relationnels et communicatifs entre les différents membres de la formation ; 2/ les thèmes liés aux aspects institutionnels de la formation ; 3/ les thèmes liés aux contenus de la formation poursuivie ; 4/ les thèmes liés aux méthodes de travail. L’auteur decrit de façon quantititative le recueil.

ClassementThematiqueMessagesa

classementThematiqueMessagesb

Les résultats

L’affectation des thèmes aux messages postés sur les forums a été faite sous le logiciel de traitement de données MODALISA :

RapportThemesMessagesa
RapportThemesMessagesb

Ensuite, l’auteur a réparti chacune ds 4 thématiques par acteur et pour chacun des 3 forums afin de les comparer. Puis, les 4 thèmes ont été répartis en fonction du taux de participation des acteurs (Nbre de messages mensuels > 3 catégories sont crées M<8 messages, 7<M<29), 28<M).

Tous ce corpus de données quantitatives est analysé et commentés par typologie d’acteur. Avce une limite : les messages hors forum restent invisibles.

Source

Béziat, J., 2004, Tuteurs et tutorés sur le campus numérique FORSE, in Actes du colloque Eifad, Poitiers, 2004.
Consulté le 20/09.2009 à l’adresse http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/31/29/21/PDF/Bziat_Eifad04.pdf

Tags:

Leave a Reply