Communautés de pratique
Des écosystèmes pour l'apprentissage, le travail et l'innovation.
Storytelling : le partage d’expérience
Categories: Billet, Profession 2.0

Le storytelling (récit d’histoires) a été présenté par Magda Ritzen lors du 8è colloque FFFOD à Strasbourg le 14 Janvier 2010.

Je reprends ci-après l’outil de storytelling qu’elle a mis à disposition pour l’animation des CoP, initialement au format papier.

Définition du problème

Il n’est pas simple de trouver une bonne manière de partager les expériences et en même temps d’apprendre une expérience spécifique. Cette méthode offre un canevas de base.

Exigences fonctionnelles et conditions

Le conteur donne forme à son histoire de manière à ce quelles autres comprennent pourquoi il la raconte et quelles questions il pose aux participants. On demande aux participants d’être ouverts d’esprit, càd, de ne pas venir directement avec des solutions mais aussi de découvrir ce que cette histoire a à leur offrir. Cela peut être promu par des cartes de questions/réponses.

Références à des expériences dans la littérature

Bood et Coenders (2004) communties of practice : Bronnen van inspiratie, Lemma : Utrecht. Wenger et al (2001), p.93-94. On remarque que les histoirespeuvent jouer un rôle important dans les CoP. En écoutant ce que les autres disent (ou ne disent pas), on apprend à comprendre comment ils voient le monde. dans chaque histoire que l’on raconte ou que l’on écoute, on est en même temps participant et co-créateur.

A voir :

GoldenFleece / story at work et ses outils : GoldenFleece is an international community of practice devoted to storytelling in business and organizations. We’ve assembled a resource guide for business leaders, consultants, educators, marketers, storytellers, artists, activists, students, and anyone else eager to apply story in the world of work. This web site is your invitation to engage and join us in this emerging field.

StoryNet is a virtual resource center for trainers, consultants, leaders, learners, educators and managers. Our expert trainers and consultants use storytelling and theatre techniques as mechanisms to help organizations and individuals achieve and sustain their goals.

Description de l’outil

Situation

Le storytelling (raconter une histoire) est utilisé dans deux sortes de situations :

  1. Dans le cadre d’un changement d’organisation
  2. Dans le cas d’une « Corporate story »

Ici, il s’agit du premier cas.

Réalisation

Dans le ‘storytelling’, ‘l’histoire’ est centrale :

  • Une histoire est personnelle, il sagit d’expériences propres.
  • Une histoire n’est pas une présentation et il ne s’agit pas de concepts.
  • Une histoire a un début, un milieu et une fin, et est située dans le temps.
  • Dans l’histoire, les évènements apportent une structure. Cela crée une harmonie et une cohérence.
  • Le conteur a (dans le contexte de la CoP) une « question pour apprendre » qui est fortement liée à la situation dans laquelle l’histoire est décrite.

Le conteur décide :

  • Est-ce que je raconte l’histoire avec ou sans interruption ?
  • Est ce que je pose la question avant ou pendant l’histoire ?

Les participants font des accords entre eux :

  • Le conteur est central, les participants l’aident à trouver une réponse à sa question.
  • Le but est d’arriver à une conversation qui n’est pas seulement bénéfique pour le conteur mais aussi pour les participants.
  • Pour supporter ce processus, on peut utiliser des cartes Q/R. Chaque participant reçoit par ex. 6 cartes, 3 orange pour poser des questions, 3 jaune pour faire une remarque. Le but est d’éviter que la conversation soit monopolisée et se termine en terme de « qui en sait le plus ».
  • Les participants aspirent à un dialogue.
  • Quand la conversation ou le dialogue fonctionne bien, il n’est pas nécessaire d’utiliser les cartes.
  • Premièrement, le co,teur a tout le temps pour poser ses questions, les autres viennent après.
  • Entre temps, on se demande régulièrement (sous la demande du médiateur) : Est-ce que ce canevas fonctionne encore ? Devons nous continuer cette histoire ?
  • A la fin de la conversation, on demande au conteur : « A quoi ont abouti l’histoire, les questions et les remarques ? »
  • Après ça, les autres ont l’opportunité de dire ce que l’histoire, les questions et les remarques leur ont apporté.

Expériences

« J’ai utilisé le storytelling comme forme de W lors de 2 rencontres. La 1ère fois, ça n’a pas très bien focntionné: l’histoire n’était pas assez personnelle et peu située dans le temps. La Q du conteur était trop générale et n’invitait pas assez à la réflexion. Malgré cela, le conteur autant que les participants ont indiqué qu’ils ont quand même eu de bonnes idées à appliquer à leur travail grâce à l’histoire. Nous avons aussi constaté que le conversation n’était pas très vivante.

La 2è fois qu’on a utilisé le storytelling, non seulement les résultats étaient plus positifs, mais y participer était devenu aussi plus passionnant. le conteur a raconté son histoire du point de vue de son rôle de « project manager » dans un projet national. Il a décrit le déroulement et les résultats du projet de son point de vue. Mais encore une fois, l’histoire n’était pas très personnelle.

Cela a changé lorsqu’un des participants qui était dans le même projet a commencé à son tour à raconter son histoire. Cela a donné deux perspectives sur la même situation et par cela une riche image fut créée. Le conversation suivante a donné pour le conteur comme pour les participants, une compréhension pertinente de la problématique.

Tags:,

Leave a Reply