Communautés de pratique
Des écosystèmes pour l'apprentissage, le travail et l'innovation.
Forums intranet, communautés cognitives et cadre hiérarchique
Categories: Fiches de lecture

Résumé : Les firmes sont de plus en plus tentées d’implémenter des Forums virtuels au sein de leur organisation pour améliorer l’efficacité de leurs processus, mais ce qui se passe sur Internet est d’une autre nature sur un Intranet. Le défi vise à trouver le bon dosage entre un management par le design et un management par les communautés. Les communautés de connaissances sont faces au risque d’une intrusion/récupération par la hiérarchie. Ainsi ce qui faisait la force des Forums tend à devenir source de faiblesse dans le contexte d’Intranet.

Objectif de la recherche : Mettre en évidence que dans les communautés intensives en connaissance (K communautés)*, la gouvernance des connaissances au sein de la firme devrait être conçue comme une combinaison de la hiérarchie et des communautés (cf Adler, 2001, 2002).C’est-à-dire trouver le juste dosage entre un management par la hiérarchie (ou management par le design, Amin et al, 2004) et un management par les communautés.

Les communautés de connaissance

Enraciné dans l’approche située de la connaissance, le terme générique « K communautés » définit les différents types de groupes d’apprentissage autonomes d’individus (CoP, communautés épistémiques et d’autres groupes d’apprentissage plus ou moins informels). Ces groupes sont unis par des convictions et des intérêts communs. Ils partagent volontairement leurs ressources à long terme pour créer et diffuser de la connaissance (Boland et Tenkasi, 1995). Les auteurs donnent la définition suivante :

Un groupe d’individus qui acceptent d’échanger volontairement et sur une base régulière sur un sujet d’intérêt commun dans un champ donné de connaissance (p.3)

Les K communautés seraient des groupes informels qui auraient des caractéristiques distinctes des entités organisationnelles traditionnelles (groupe hiérarchique et réseau notamment)(p.3) :

  • Absence de frontières délimitées, de hiérarchie visible et de contrat.
  • Les interactions entre les membres de la K communauté sont gouvernées par une confiance fondée sur le respect des normes sociales de la communauté.
  • Les risques moraux seront atténués par la création de normes de coopération et routines aussi bien que par l’intensification de mécanismes de réputation…

La délicate relation entre les K communautés et la hiérarchie au sein de la firme

Une intrusion directe de la hiérarchie dans les communautés sera probablement vouée à l’échec. « Souvent la hiérarchie voudrait créer ex nihilo des K communautés, ou transformer des équipes hiérarchiques ou des équipes projet en une K communauté : par définition, ce n’est pas possible. En conséquence, la hiérarchie a des options limitées pour exploiter le potentiel de communautés : soit elle prend des mesures indirectes pour favoriser l’émergence et la croissance de K communautés dans l’organisation ; soit elle prend des mesures plus directes pour aider les interactions parmi les communautés. » (p.4). Autre option, favoriser les interactions entre les communautés.

En tout cas, les espoirs sont souvent déçus et les cas de refus complets d’usage de ces outils ont tendance à se multiplier. Le contraste est profond entre Internet et Intranet. Les outils IT modifient l’équilibre entre communautés et hiérarchie : écrits publiques, anonymat non assuré, perte d’autonomie, facilité d’intervention ou de contre direct de la hiérarchie…. Il faut que les relations de confiance soient vraiment fortes. Cette confiance se construira différemment selon la culture de l’entreprise et la maturité des communautés (Au début des outils pour relier les personnes et une certaine autonomie pour construire son identité ; arrivé à maturité des outils de collaboration et une relation économique avec la hiérarchie)

Référence

Guittard, C., Cohendet, P., & Schenk, E. (2008). Forums intranet, communautés cognitives et cadre hiérarchique. Informations, Savoirs, Décisions, Médiations, (33). http://isdm.univ-tln.fr/articles/num_archives.htm#isdm33

Leave a Reply