Communautés de pratique
Des écosystèmes pour l'apprentissage, le travail et l'innovation.
Une typologie des animateurs de communautés de pratique
Categories: Billet

J’ai rencontré de nombreuses personnes animatrices de CoP, majoritairement désignées par l’entreprise. J’ai pu rencontrer par exemple des practice leaders, des community managers, des coordinateurs de communauté, des coaches, etc. J’ai construit une typologie pour mieux les distinguer. Je dégage les cinq types suivants.

Les pairs-leaders ne sont pas désignés et n’ont donc pas de mission spécifique en termes d’animation par rapport au groupe. Avant tout pairs, ces personnes sont leaders du fait de leur expérience, de leur ancienneté et aussi parce qu’elles semblent s’investir davantage dans la vie du groupe, les relations sociales et la mutualisation de certains savoirs ou de certaines ressources qui permettent à chacun d’être plus efficace dans son travail. Elles soutiennent l’entraide informelle, suscitent des interactions et (se) livrent beaucoup aux pairs, au groupe ou à l’entreprise, que ce soit en donnant leur avis ou des conseils, en partageant des artefacts ou leur expérience, ou encore en animant le groupe par la participation à l’élaboration de rencontres, en cherchant à adapter et améliorer la pratique, en suscitant des discussions.

Les pairs-animateurs sont des membres de CoP désignés par le management afin qu’ils animent leur CoP d’appartenance. Ils peuvent être initialement des pairs-leaders. Ils sont à la fois au service des membres et au service du management. Experts dans leur domaine, ils peuvent avoir comme mission la formation des novices, le maintien à jour des connaissances techniques de leurs pairs, la circulation et la formalisation des savoirs issus de la pratique. En tant qu’interlocuteurs privilégiés du management, nombre d’informations ou de décisions peuvent transiter par eux. Ils peuvent être sollicités par exemple pour faire passer des messages auprès du groupe, introduire ou accompagner un changements attendu par une direction, ou bien capitaliser sur les savoirs et les innovations produites.

Les animateurs professionnels regroupent des consultants formateurs et des coaches qui interviennent directement dans les CoP pour les animer. Ils peuvent faire partie de l’entreprise ou lui être externes. Ils maîtrisent les questions d’apprentissage collectif et les dynamiques de groupe. Ils s’appuient sur le collectif afin qu’il trouve lui-même ses ressorts pour apprendre et s’adapter ou se préparer aux situations nouvelles que chacun rencontre. Des moments et des espaces accueillent des activités préparées par l’animateur-professionnel à partir d’un programme négocié avec le groupe. Cette personne se préoccupe surtout des conditions de réalisation des apprentissages, c’est-à-dire davantage du design, de la forme des rencontres que du contenu. Elle déploie un grand nombre de techniques, souvent originales et variées, pour faire vivre le groupe et l’aider à atteindre les objectifs qu’il s’est fixé ou que la management lui a en partie fixé.

Les knowledge managers interviennent dans des CoP plus importantes, souvent virtuelles ou hybrides, pouvant aller d’une centaine à un millier de participants. Ils pilotent des dispositifs souvent technologiques qui doivent permettre à des personnes géographiquement éloignées d’interagir, de partager des informations et de capitaliser leurs savoirs. Le knowledge manager se préoccupe de détecter les informations à « valeur ajoutée » ou les « best practices » et de les faire circuler. Pour cela, il mobilise un certain nombre de technologies et de méthodes issues du knowledge management afin que les savoirs circulent dans la communauté ou entre communautés – horizontalement -mais aussi verticalement, soit pour faire remonter des informations capitales demandées par le management, soit pour « descendre » des informations provenant du management, comme des demandes, des renseignements ou des consignes, auprès de la CoP, sa cible privilégiée.

Les animanagers sont des responsables fonctionnels et ont en charge de mettre en oeuvre la stratégie de l’entreprise. Certains peuvent avoir en plus une responsabilité hiérarchique sur certains membres de la CoP. Ils interviennent pour des raisons variées mais qui ont à voir avec l’ensemble des différentes intentions qui accompagnent les modalités de gestion vues précédemment. Ils se préoccupent des ressources, de la formalisation, de la circulation ou de la capitalisation des savoirs ainsi que de leur protection. La gestion des experts et le développement professionnel des membres font partie de leurs objectifs. Ils peuvent mettre en oeuvre des dispositifs et intervenir pour influencer les pratiques en cours dans le cadre de la gestion d’un changement attendu par l’entreprise. Ils soutiennent la motivation des membres à s’engager dans les tâches, les processus d’apprentissage ou de circulation des savoirs qui leur sont proposés. Ils peuvent également solliciter une CoP pour mener une réflexion prospective sur un marché ou une technologie.

Enfin, les brokers, ou courtiers, constituent un type transverse aux pairs-animateurs et aux animanagers. Ces personnes naviguent aux portes de différentes CoP. Allant jusqu’à s’identifier à des passeurs de savoirs, elles facilitent l’import-export d’informations, de savoirs ou d’artefacts entre différents groupes ou entre une CoP et son organisation. Elles influencent les pratiques existantes et participent à la conduite du changement parfois attendu par l’organisation.

Leave a Reply